Vivre sans papier avec la tablettte reMarkable, un an plus tard

Il y a un peu plus d’un an, j’ai fait l’essai de la tablette en papier électronique reMarkable, une option couteuse mais plutôt réussie pour vivre sans papier et écrire sans distraction.

Après ma semaine sans internet, j’ai décidé de l’utiliser plus régulièrement. Et je ne le regrette pas! Voici mes (nouvelles) impressions.

Les avantages de la reMarkable

remarkable tablette epaper eink test essai e-ink
  • On ne manque jamais de papier, mais surtout de cahiers. On peut créer un cahier de feuilles quadrillées, lignées, vierges, de papier musique, liste de choses à faire. Les modèles (templates) sont nombreux, et on peut en créer ou importer ceux créés par d’autres utilisateurs
  • Même si elle est mince et légère, sa surface est solide: pas besoin d’écritoire pour prendre des notes
  • On peut verrouiller sa tablette avec un mot de passe pour que ses notes ne soient consultées trop facilement, mais c’est une combinaison à seulement 4 chiffres, pas la meilleure sécurité pour des notes confidentielles
  • Les pages sont sauvegardées dans les nuages automatiquement quand on se connecte à un réseau wifi
  • Pour lire et annoter des documents PDF à tête reposée, c’est fantastique (l’application reMarkable permet de les transférer facilement de son ordinateur ou son téléphone)
  • On peut effacer et réécrire autant de fois qu’on le désire sans laisser de traces; son document reste « propre »
  • J’ai découvert qu’on pouvait assez facilement personnaliser l’écran de veille: voir mon cochon masqué me fait toujours sourire!
  • Le groupe Facebook des utilisateurs reMarkable est dynamique, pour avoir des réponses à ses questions rapidement

Les inconvénients d’utiliser le reMarkable

  • Il faut garder en tête que la tablette reMarkable est un outil spécialisé pour écrire sans distraction. Si vous voulez des apps et plus de flexibilité, achetez un iPad!
  • Pour prendre une note spontanément, le temps de démarrage est long si la tablette n’est pas en mode veille
  • J’aimerais avoir l’option « effacer » en permanence dans le coin de l’écran, pour y avoir accès rapidement sans afficher toutes les options
  • Il faut recharger son reMarkable régulièrement (spécialement si on désactive la fonction de mise en veille automatique!), sinon on se retrouve sans accès à ses cahiers (heureusement, il suffit de brancher la tablette pour qu’elle se réanime)
  • Il ne faut pas oublier son stylet non plus! Sans stylet, on ne peut pas vraiment écrire. (Même si le stylet n’a pas besoin de pile ou de recharge, il est actif; on ne peut utiliser n’importe quel bout de plastique ou son doigt!)
  • Il faut remplacer la pointe de temps en temps. Il y en a une cachée dans le stylet pour ne jamais être pris de court. (Je considère me procurer un stylet plus durable)
  • On ne peut pas faire de copier-coller, ni revenir rapidement d’une page à l’autre (et on ne peut pas ouvrir deux fenêtres, comme avec un iPad)
  • J’aimerais parfois pouvoir ajouter de la couleur aux documents – surligner en rouge, cocher en vert, comme on peut le faire avec du papier.
  • Si on imprime un document, sa taille sera plus petite qu’une page 8 1/2 par 11 (en PDF, ça crée un document de 15,7*21 cm, contre 21,6*27,9 cm). Grosso modo, c’est la taille d’un cahier Moleskine (13*21 cm).
  • Malgré les mises à jour, l’interface n’est toujours qu’en anglais, et le clavier offert en anglais et en Norsk Bokmâl.
  • Je ne me suis pas servi de l’option de conversion de texte. (Même si ça pourrait toujours être utile, retaper une liste ou un texte me semble moins long.)
  • Parlant de mise à jour, au moment d’écrire ces lignes, la compagnie reste silencieuse depuis l’annonce de l’arrêt du déploiement de la version 1.7 (qui permettait enfin de copier et réorganiser les pages d’un cahier!) en raison de problèmes. C’est dommage: un long silence, venant d’une petite entreprise, c’est toujours inquiétant.

P.

PS: Oui, je suis gaucher.

Auteur : pascalforget

Chroniqueur et journaliste en technologie et en science.