Bilan de l’année 2019

Le début de l’année, c’est un bon moment pour regarder en arrière et voir les bons et les mauvais coups de l’année côté technologiques.

Les écrans doubles

Microsoft en propose, Samsung, Huawei, Samsung, LG… Tous offrent (ou vont offrir!) des appareils avec non pas un, mais deux écrans. Des écrans qui se plient, qui permettent d’avoir un affichage deux fois plus grand – magie des écrans OLED, minces comme des feuilles de papier. Est-ce que ce sera une mode passagère, comme le 3D? Est-ce qu’on y trouvera une véritable utilité? Est-ce que ce sera durable? À près de 3000$, le Galaxy Fold de Samsung n’est pas ce qu’on appelle un appareil abordable…

Les assistants vocaux avec écrans

L’an passé c’était l’arrivée des assistants vocaux; en 2019, c’est l’invasion des assistants vocaux, dont beaucoup ont des écrans, ce qui change complètement la façon dont on interagit avec l’appareil – on peut voir les informations affichées à l’écran.

Surtout qu’Amazon est arrivé dans la bataille avec l’assistant Alexa qui parle maintenant en français, avec un grand choix de modèles, dont un tout petit qui affiche l’heure, la compagnie ayant remarqué que demander l’heure était une utilisation fréquente!

Hydro-Québec qui expérimente avec les tarifs plus élevés en période de pointe, je prédis que beaucoup de gens vont s’intéresser au chauffage connecté pour économiser!

Les écouteurs vraiment sans fil (et sans bruit)

Apple a frappé fort cette année avec les Airpods Pro – il s’en vendrait plus de 2 millions par mois, j’imagine que beaucoup de gens en ont reçu pour Noël!

Plus chers, mais intègrent l’annulation du bruit ambiant – élimine une bonne partie des sons graves, pour mieux entendre sa musique et ses appels. Permet aussi de filtrer ce qui se passe autour – pour entendre ce qui se passe.

Jouer sans console

Apple a lancé son service de jeu Apple Arcade, par abonnement, pour jouer à une collection d’une centaine de jeux de qualité, sans publicités, avec un abonnement mensuel de 5,99$ par mois.

Google a lancé au Canada son service Stadia, qui permet de jouer à des jeux AAA – des jeux qui demandent beaucoup de puissance de calcul sur n’importe quel écran, sans longs téléchargements, sans console, sans ordinateur.

C’est un peu le principe de Netflix – un film apparaît de façon presque magique sur notre écran, mais adapté aux jeux – les calculs sont fait dans les nuages.

Mais pas tout à fait comme Netflix, ce n’est pas un buffet: il faut acheter les jeux à prix régulier, d’une trentaine de dollars à une centaine de dollars chacun.

Le début de la guerre des services par abonnement

S’abonner à Netflix (13,99$/mois), c’était simple: tout y était; des films, des séries télé, une source inépuisable de contenu!

70% des Canadiens seraient abonnés à au moins un service de streaming.

Maintenant il y a Disney+ (8,99$/mois), qui offre des films et des séries, en plus du catalogue Star Wars et l’univers de Marvel.

Et aussi Apple TV+ (5,99$/mois), qui est proposée dans les appareils Apple, avec un abonnement gratuit offert pour essayer le service.

Sans compter l’Extra d’ICI TOU.TV (6,99$/mois), Club Illico (15$/mois), Prime Video d’Amazon (79$/an), CRAVE TV (9,99$/mois), DAZN pour les sports (20$/mois)… Si on veut s’abonner à tout ça en plus du câble ça peut donner l’impression que ça coûte cher – sans compter qu’il faut payer pour internet en plus! Heureusement, pas besoin de s’abonner à tout!

Mais c’est surtout plus compliqué de s’y retrouver dans le contenu – quelle plateforme diffuse quelle émission ou tel film… Avant on changeait de poste, maintenant on doit changer de service!

(Sans compter les services pour la musique ou l’offre est grande – Spotify, Apple Music, Amazon Prime Music…)

Mais il faut s’y faire…

Pour en profiter sur son téléviseur, il existe des petits accessoires ou boîtes comme celle de Roku, de Google ou d’Amazon, qui permettent de s’abonner aux services et de tout retrouver dans une même interface. Mais il faut s’assurer qu’elle est compatible avec son service préféré… Et souhaiter qu’elle soit compatible avec les services futurs!

P.

pascalforget

Chroniqueur et journaliste en technologie et en science.