Traduction automatique: presque comme dans Star Trek

traducteur skype gratuit microsoft

Dans Star Trek, tout le monde parle anglais – c’est grâce à un traducteur universel… Qui n’existe pas encore. Pourquoi est-on encore angoissé de ne pas être compris à l’étranger? Pourquoi n’arrive-t-on pas tous à se parler sans problème?

On s’est tous amusés à traduire automatiquement un texte d’une langue à une autre, et d’en rire parce que ça donnait n’importe quoi – à peine mieux que traduire mot à mot avec un dictionnaire. Le fameux « Fait en dinde » pour « Made in Turkey ». Mais on est rendus beaucoup plus loin. En mars 2018, Microsoft a annoncé qu’on était arrivé à la parité personne-machine pour la traduction de texte de l’anglais au Chinois. L’IA a fait aussi bien que des traducteurs professionnels!

Ce billet est un complément de ma chronique à l’émission Les éclaireurs du 6 février 2019. Vous pouvez l’écouter en suivant ce lien.

Heureusement, il est plus facile que jamais de parler une autre langue, grâce à la magie de la technologie.

La traduction automatique est maintenant partout

Travis Touch Plus. Un objet gros comme une rondelle de hockey, qui coûte environ 300 CAD, qui permet de traduire la voix en 105 langues – de l’afrikaans au zoulou! Pas besoin de bidouiller dans une application de son téléphone, il n’a que trois boutons. Pour avoir accès à toutes les langues, il faut être connecté au web (on peut utiliser une SIM de données cellulaires). Travis peut servir de professeur de langue: on lui dit ce qu’on veut dire, et on répète ce qu’on entend dans l’autre langue!

Google Translate – Évidemment, on peut faire sensiblement la même chose avec Google Translate,  autant à l’oral, à l’écrit, qu’en prenant une photo d’un texte (la traduction apparaît en réalité augmentée). On peut télécharger les fichiers de certaines langues dans son téléphone avant de partir en voyage.

L’an dernier, lors de la coupe du monde de soccer en Russie, où l’alphabet cyrillique est utilisé, les visiteurs se sont servis de Google Translate pour communiquer. Les mots traduits le plus souvent? Sans trop de surprise, stade et bière.

Avec l’application Skype de Microsoft, on peut avoir une traduction instantanée de ses appels vidéos (avec sous-titres!) et de nos clavardages.

Les écouteurs Pixel Buds de Google devaient permettre de se faire comprendre dans une autre langue en touchant ses écouteurs… Mais ce n’était pas super au point.

Comment ça marche au juste, la traduction automatique?

traduction linguee traducteur web

On ne traduit plus mot à mot! Aujourd’hui, on utilise l’intelligence artificielle, évidemment. L’IA apprend une langue en faisant une tentative de traduction, puis en la comparant avec les traductions déjà existantes pour améliorer son modèle.  Depuis 2016, Google Translate utilise l’intelligence artificielle et l’apprentissage profond pour analyser et « comprendre » des phrases complètes.

Il est facile de ratisser le web à la recherche de textes déjà traduits. Textes officiels, romans populaires… Plus il y en a, plus on peut comprendre les nuances dans l’utilisation des mots – les différentes façons de traduire un mot selon le contexte et découvrir les expressions qu’il ne faut pas traduire mot à mot (« Raining cats and dogs », ce n’est pas une chute de chien et de chats). C’est pourquoi il est (relativement!) facile de traduire du français à l’anglais, ou même de l’anglais au chinois: il y a beaucoup de traductions existantes!

Des sites comme Linguee ou Reverso illustrent bien le processus: on peut voir côte à côte des exemples d’équivalences de textes traduits.

Pourquoi n’est-ce pas encore parfait (dans la vraie vie)?

Les erreurs qu’on retrouve dans les sites de traduction aident à comprendre comment la traduction automatique fonctionne.

Dans un article de Slate intitulé « Les intelligences artificielles vont elles faire sauter la barrière des langues? », on indique que lorsque les sources de documents traduits entre deux langues sont rares, on se rabat parfois sur des livres comme La Bible. Une référence pratique si on veut savoir comment on traduit des mots comme pain, vin et disciples, mais pas pour ordinateur et thermopompe.

(Le contexte est super important: plus on a d’ouvrages traduits dans un champ lexical – l’ingénierie, la cuisine, la philatélie… meilleures seront les traductions!)

Autre nuance intéressante: la rapidité avec laquelle les langues évoluent. Les traductions de livres classiques, ou même ceux qui datent de 5 ou 10 ans ne permettent pas de traduire les nouveaux mots et les nouvelles expressions…

Pour la traduction vocale, il faut aussi tenir compte des accents régionaux, du bruit de fond…

Le futur de la traduction en ligne

Est-ce qu’on devra traduire le langage texto abrégé des ados? Est-ce qu’on en aura besoin pour décoder les emojis et les gifs animés? Est-ce qu’on pourra tenir compte des façons individuelles de s’exprimer, saisir le sarcasme? Encore une fois, tenir compte du contexte est crucial, pour l’utilisation de l’emoji « aubergine » par exemple…

Et je me pose la question… Est-ce que l’intelligence artificielle ne permettra pas de créer une langue universelle, un super esperanto?

Traduttore, traditore

La traduction automatisée fait de l’excellent travail pour des phrases simples. Mais les traducteurs ne doivent pas s’inquiéter pour leur boulot pour les textes plus complexes, les ouvrages littéraires. Après tout, il ne suffit pas de traduire le texte: il faut aussi traduire l’esprit du texte: les blagues, les références, les évocations, les jeux de mots, les sous-entendus… Sans quoi on trahit le texte! Il y a d’ailleurs une expression pour ça en italien: traduttore, traditore: traducteur, traître!

P.

Pour en savoir plus: