Lifi – l’internet par la lumière

LiFi WiFi MyLiFi lampe internet Oledcomm haute-vitesse lumière

Et la lumière fut… internet aussi. Avec le Lifi – pour Light Fidelity, allumer une lumière dans une pièce suffit pour accéder à internet.

C’est le LiFi, pour Light Fidelity. Une technologie qui permet de transmettre des données à haute vitesse simplement en modulant la lumière d’une ampoule DEL plusieurs millions de fois par seconde.

La compagnie française Oledcomm est chef de file en la matière.

Avec le LiFi, une simple lampe de bureau devient une source de signal internet. Avec la dernière génération de la technologie, le Lifimax, une seule ampoule au plafond peut connecter jusqu’à 16 terminaux dans une pièce. Le débit descendant (quand on reçoit du contenu du web) – peut atteindre 100 Mbit/s et 40 Mbit/s (quand on envoie des données au web), un débit similaire aux forfaits haute vitesse offerts par les opérateurs. La portée est d’environ 12 mètres, et la latence est très basse.

Évidemment, ce sont des débits dans des conditions optimales… Et il faudra brancher son ampoule par Ethernet – avec un câble Ethernet.

Contrairement à ce que j’imaginais, les données sont transmises dans le spectre infrarouge, donc invisible à l’oeil nu. La lumière visible de la lampe ne scintillera pas, et la transmission des données ne cessera pas si on éteint la lampe.

Les avantages du LiFi

Pourquoi utiliser le LiFi plutôt que le bon vieux wifi?

Pour la sécurité. Contrairement aux ondes radio, la lumière ne traverse pas les murs: si on quitte le faisceau de la lumière, le signal coupe! Pour la domotique, ça pourrait être très intéressant, spécialement pour contrôler des objets connectés.

Pas d’ondes radio. La technologie n’émet pas de radiofréquences, quelque chose qui pourrait être utile dans des laboratoires ou pour ceux qui craignent de s’exposer aux ondes radio.

Permet une localisation précise. La lumière qui nous éclaire permet d’identifier précisément notre position!

Vitesse potentielle beaucoup plus rapide que les modems actuels. On pourrait atteindre des vitesses de transmission allant jusqu’à 100 fois la vitesse des modems actuels, même plus: on aurait atteint des vitesses de pointe de 224 Gbit/secondes, beaucoup plus rapide que les modems actuels qui vont jusqu’à 300 Mbit/s.

Est-ce que le LiFi est compatible avec les appareils actuels?

On pourra utiliser le LiFi avec son téléphone, sa tablette et son ordinateur actuel… Si on y branche un récepteur Li-Fi, un petit dongle de la taille d’un sous-verre. On pourra imaginer que dans un futur proche, des appareils pourraient intégrer le récepteur LiFi nécessaire.

Il ne faut pas s’inquiéter, il ne faudra pas remplacer ses appareils actuels pour des appareils LiFi! On veut surtout compléter les connexions wifi ou cellulaires.

Pas encore pour le grand public

Pour l’instant, la clientèle visée est d’abord professionnelle dans les domaines où la sécurité est importante – les banques, par exemple, mais aussi dans les hôpitaux, où il faut limiter les interférences avec les instruments médicaux. L’hôpital de Perpignan, en France, en fait l’essai.

On parle aussi d’utiliser le LiFi pour guider les voyageurs dans les endroits publics: les musées, les aéroports, le métro ou les gares. Partout où le GPS ne peut fonctionner!

On pense aussi aux lampadaires urbains, qui pourraient diffuser de l’information aux voitures, quelque chose testé avec 77 lampadaires dans la ville de Palaiseau, dans l’Essonne, en France; les habitants du coin pourront se connecter à internet même de leur appartement. Au Québec, les lampadaires pourraient diffuser les heures de déneigement ou les horaires de stationnement, par exemple. Les phares de voitures pourraient aussi diffuser de l’information aux autres véhicules!

Ce serait aussi une option intéressante dans le domaine de l’aéronautique – l’installation serait plus légère qu’une installation conventionnelle, les lampes de lectures peuvent transmettre le signal.

Les coûts sont encore élevés – « moins de 2000 USD pour un émetteur et 5 récepteurs ». Mais une version grand public devrait arriver vers 2020 – des ampoules qui pourraient coûter moins de 100$.

Pour ceux que ça intéresse, la technologie serait à l’essai au Québec, au technopole de Repentigny et à l’UQAM.

P.

Liens supplémentaires


Auteur : pascalforget

Chroniqueur et journaliste en technologie et en science.