Saent, le bouton qui aide à la concentration (essai)

Trop souvent, on s’installe devant l’ordinateur motivé, prêt à accomplir une tâche précise. Puis on reçoit un courriel, on consulte Facebook… Deux heures après, réalise qu’on joue à World of Warcraft, qu’on niaise sur Facebook ou qu’on se magasine un voyage dans le Sud… en ayant complètement oublié ce qu’on voulait faire au départ. C’est là que le bouton Saent peut nous venir en aide, en nous aidant à nous concentrer par bloc.

Mise en garde: la compagnie à annoncé qu’elle ne mettrait plus à jour l’application, en raison de problèmes financiers. Déception. Un autre cas de produit en financement social qui s’écrase… Le dossier reste à suivre.

Le bouton Saent est un accessoire de la taille d’une rondelle de hockey qui aide à mieux gérer son temps et à se concentrer sur une tâche précise pour une période déterminée. On peut écrire la tâche qu’on veut accomplir avant de démarrer.

Il se connecte par le port USB ou par Bluetooth à son ordinateur; on clique dessus pour démarrer une période de travail concentré, d’une durée qu’on détermine soi-même. Le bouton fonctionne comme une minuterie: une bande lumineuse bleue apparaît, qui rapetisse en fonction du temps restant dans sa session de travail.

Éviter les sites diaboliques

Avec l’application Saent, on peut identifier les sites utiles et ceux qui sont des distractions pendant notre session de travail – les réseaux sociaux ou les sites sacs de chips. En mode standard, l’app nous rappelle que le site est diabolique en haut de l’écran (Evil), mais on peut le visiter quelques minutes; le mode Focus est encore plus strict et bloque carrément les sites qui sont des distractions; l’affichage devient alors orange. On peut choisir de bloquer (ou non) les notifications des autres applications pendant les sessions.

Si on dépasse la durée de travail prévue, c’est probablement qu’on est en feu et qu’on continue de travailler. Mais l’affichage du Saent et une bande dans le haut de l’écran change de couleur, et deviendra rouge après 10 minutes pour nous rappeler qu’il est important de prendre des pauses si ont veut que notre productivité soit soutenue.

On offre de prendre une pause en navigant sur le web, ou encore mieux, en s’éloignant de l’ordinateur. Dans ce dernier cas, l’écran est alors « verrouillé »pendant la durée de la pause, pour résister à la tentation d’y retourner trop vite (il suffit de cliquer pour déverrouiller).

Saent encourage à prendre une pause de son ordinateur.

On peut se donner un objectif quotidien de productivité. Je ne trouve pas comment consulter et exporter la liste des sessions; ça aurait pu aider la facturation pour les travailleurs autonomes, mais aussi identifier ses périodes les plus productives et réaliser le temps qu’on passe véritablement sur une tâche pour mieux organiser ses journées.

Fonctions tactiles

Démarrer une page ou une application en touchant le bouton Saent.

Le bouton Saent est 59 USD (environ 80$), et c’est un très joli objet. Au bureau ou à la maison, on peut s’en servir pour signaler aux autres qu’on est dans une période de concentration. On peut en augmenter l’utilité en s’en servant comme contrôleur tactile pour démarrer des applications ou ouvrir des sites web.

Le bouton Saent est beaucoup plus jolie qu’une minuterie (mais aussi plus cher).

On peut aussi utiliser le bouton Saent comme un compte à rebours sans connexion à l’ordinateur, pour mesurer une activité qui ne se passe pas en ligne. Mais une minuterie du magasin du dollar peut faire la même chose pour quelques dollars…

L’application Saent est gratuite

Il n’est pas nécessaire d’acheter le bouton; on peut simplement utiliser l’application gratuite Saent, gratuite pour Windows et macOS (j’aimerais qu’une application soit aussi offerte pour Android et iOS – pour limiter l’utilisation de son téléphone!). On peut démarrer des sessions dans le menu de l’application, et afficher une barre en haut de l’écran pour indiquer le temps de travail concentré qui reste. Après-tout, pour certains, le bouton peut devenir une source de distraction en soi, ou une béquille inutile dans son cheminement vers une plus grande productivité.

P.