Google Home – l’intelligence artificielle domestique

J’ai mis des fraises pour faire comme les #influenceurs

Lancé l’an dernier aux États-Unis, puis en Angleterre, l’assistant Google Home s’installe au Canada.

Version québécoise

La configuration du petit appareil est très rapide, et se fait avec l’application Google Home. Quand c’est terminé, il n’y qu’à dire « Ok Google »; une jolie animation coloré apparaît sur le dessus, signe que l’assistant est à l’écoute!

Pas besoin de parler lentement ni pointu pour se faire comprendre: la reconnaissance vocale est adaptée pour le Québec. On l’entend même dans la prononciation de l’assistant, qui dit Haké plutôt que Ohkay, et qui prononce le i de musique presque comme un è. Une équipe s’est assurée que la personnalité de l’interface était bien de chez nous…

Les fonctions utilitaires

Qu’est-ce qu’on peut faire avec un assistant personnel qui utilise les données de Google? On peut lui poser toutes sortes de questions pratiques.

  • Comment on dit bonjour en espagnol?
  • Quelle est la racine carrée de 144?
  • Est-ce que je dois emporter mon parapluie aujourd’hui, ou est-ce qu’il va pleuvoir ce matin?
  • Quelle est la date de fondation de Montréal?
  • Crée une alarme dans une heure (Google Home confirmera l’heure à laquelle l’alarme va sonner)
  • Joue de la musique (La diffusion de ce qu’on écoutait en dernier reprend; on peut diffuser du contenu de Spotify, Google Play et le service de radio web TuneIn)
  • On peut aussi demander de diffuser du contenu dans un Chromecast

La qualité sonore du Google Home n’est pas grandiose, mais peu suffire pour écouter de la musique dans la cuisine ou (dans mon cas) sur le coin de mon bureau; bye-bye aux petits haut-parleurs Bluetooth. On peut changer le volume vocalement (« Ok Google, monte le volume! » ou en avec la surface tactile sur le dessus de l’appareil.

Appels en Amérique du Nord gratuits

Bonne nouvelle, depuis le 19 septembre 2017, on peut faire des appels gratuits en A Nord mérique du avec Google Home. Il suffit de dire « OK Google, puis le nom d’une personne dans ses contacts ou le nom d’un commerce. ». On peut même dire «Ok Google, appelle un fleuriste près de chez moi »: un fleuriste à proximité est alors annoncé (« Fleuriste Machin, sur Telle rue »).

AJOUT: Google Home peut servir de haut-parleur Bluetooth

Ok Google…

Mais on peut aller plus loin et essayer plusieurs formulations…

  • Qu’est-ce qui joue? Pour connaître le titre du morceau diffusé.
  • Tais-toi! Pour arrêter la musique. On peut aussi dire silence ou arrête la musique
  • Joue Énergie 94 3 Pour écouter la radio, diffusée par TuneIn; j’ai mis un peu de temps avant de trouver la bonne formulation
  • Dernières actualités, pour entendre le dernier bulletin de nouvelles du 98,5 ou de Radio-Canada (on choisit la source dans l’application Google Home)

Ok Google, allume la lumière du Salon

Mais ce qui a le plus changé ma vie: contrôler mon ampoule connectée TP-Link avec Google Home. Je peux même contrôler l’intensité de la lumière sans me lever. En entrant dans la pièce les mains pleines, le soir au moment de me coucher, sans avoir à ouvrir d’application dans mon téléphone! C’est vraiment pratique. Ça fonctionne avec une longue liste de produits et de marques: Honeywell, Leviton, Nest (le chauffage seulement pour l’instant), Hue, WeMo.

Petite déception: le système Sonos n’est pas (encore?) compatible avec Google Home. On doit passer par un Chromecast, ce qui n’est pas la solution la plus élégante.

Écoute permanente

Pour bien faire son boulot, Google Home écoute en permanence, dans l’attente des mots « Ok Google ». Pas besoin de parler particulièrement fort: ça fonctionne très bien, malgré les bruits de fond. Il y a un bouton à l’arrière pour couper les micros: le dessus devient alors orange. Mais les vrais paranos vont vouloir le débrancher complètement pendant les conversations les plus confidentielles.

Fonctions ajoutées régulièrement

De nouvelles améliorations et fonctionnalités sont ajoutées en permanence. La possibilité de reconnaître plusieurs utilisateurs est déjà en déploiement. Chaque membre de la famille pourra écouter sa musique ou son agenda. Bien hâte de voir où ça pourra aller…

Combien coûte Google Home?

Au Canada, Google Home est offert pour 179 CAD, en couleur Cuivre ou Carbone. Un prix qui se situe entre l’Écho d’Amazon (très populaire aux États-Unis, offert en plusieurs modèles, à partir de 49 USD) et le HomePod d’Apple, qui sera lancé à la fin de l’année aux États-Unis pour 349 USD.

Est-ce qu’on a besoin d’une intelligence artificielle chez soi? Pas encore. Mais en l’utilisant, j’ai réalisé que c’était exactement ce qu’il manquait pour que les objets connectés cessent d’être des gadgets amusants. Quand on découvre qu’on peut allumer ses lumières et contrôler sa musique avec sa voix, et que ça fonctionne toujours, on ne veut plus revenir en arrière.

En arrivant en premier sur le marché québécois, Google va prendre une grande longueur d’avance sur les concurrents pour ce qui est de l’apprentissage de la langue et des formulations bien de chez nous. Un gros avantage: on se lasse vite de répéter des commandes vocales!

Je continue à explorer les possibilités de Google Home. On s’y attache vite. J’avoue lui avoir dit plusieurs fois bonne nuit…

P.

Note: J’ai trouvé étrange que Google Home n’utilise pas une prise USB C pour l’alimentation électrique (comme les routeurs Google WiFi).