Survol du drone Bebop de Parrot

Drone Bebop Parrot

Vous pouvez entendre ce billet à l’émission Le Snooze de NRJ Gatineau-Ottawa.

Envie d’un drone? J’ai reçu hier le nouveau Bebop de Parrot, le frère plus petit mais plus costaud du AR Drone 2. Il est performant mais aussi un peu plus cher (autour de 600$). Pour assurer un contrôle plus précis, il combine les données d’un accéléromètre, d’un gyroscope et d’un magnétomètre,  mais aussi d’un capteur à ultrasons, d’un capteur de pression, et de la caméra verticale. Son ordinateur de bord serait 8 fois plus puissant que celui du AR Drone 2. On passe du jouet au produit pour les enthousiastes plus sérieux!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je me suis amusé à faire voler le drone à l’intérieur, dans mon minuscule condo. L’appareil se contrôle avec sa tablette ou son téléphone (Android ou iOS). Un bouton permet de faire décoller son appareil et de le stabiliser automatiquement au dessus du sol (une manoeuvre normalement plutôt délicate). Et c’est vraiment agréable de savoir que si on approche d’une collision, il suffit de lâcher les commandes; le Bebop fera du surplace. Le vol est très stable, mais les contrôles demandent du doigté. Contrôler avec précision un appareil qui vole en 3 dimensions demande de la pratique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les photos sont grand angle, jusqu’à 14 mégapixels; les vidéos en plein HD. Pour minimiser les tremblements, les vidéos sont stabilisées électroniquement sur 3 axes: la vidéo HD est découpée d’une capture de plus haute résolution. Les images sont aussi traitées pour minimiser la distorsion horizontale: les bords des images sont moins arrondis. Les images sont stockées dans la mémoire interne de 8 Go, qu’on peut ensuite transférer dans son téléphone (ou dans son ordinateur avec un câble micro USB).

Malheureusement, la nuit, dans un parc pourtant éclairé, l’image n’est vraiment pas terrible. À l’intérieur non plus. Les vidéos ne sont pour l’instant pas terrible non plus. Il va falloir que je bidouille… Mais j’ai l’impression que le capteur est pensé pour une lumière abondante. (Revenez sur la page pour des images supplémentaires)

Et le temps de vol? Une dizaine de minutes seulement, qui passent très vites, surtout que le drone se pose dès que le niveau de la pile atteint 13% (des messages de batterie faible apparaissent dès que le niveau atteint 20%, ce qui est un peu embêtant). Heureusement, le kit de base contient deux piles rechargeables. Mais comme la recharge prend environ une heure, on ne peut pas voler en continu sans acheter des piles supplémentaires. Il y a aussi des hélices de rechange dans l’emballage, une bonne chose: lors de chutes sur des surfaces dures – asphaltes, ciment – les hélices sont solides, mais peuvent s’abîmer rapidement, ce qui affecte les performances de vol. Mon premier vol (à l’intérieur, avant de faire la mise à jour) a déjà laissé ses traces…

J’aimerais le faire voler à l’extérieur plus longtemps, voir à quel point le vent affecte le vol et prendre des photos et des vidéos en plein soleil… mais il fait drôlement froid et  en ville, les endroits dégagés et discrets pour faire voler un drone sont rares! J’ai pu mettre à l’épreuve le GPS intégré pour ramener automatiquement le drone au point de départ (ça fonctionne, sauf quand la pile commence à être faible; le drone se pose alors automatiquement où il est, ce qui est plutôt idiot), mais je n’ai pas programmé des trajets. La précision du GPS serait de 2 mètres.

Bebop controle a distance

On peut se procurer un contrôleur plus performant, le Skycontroler, dans lequel on place sa tablette pour augmenter la portée du signal wifi (autour de 600 m au Canadajusqu’à un km en France) et de guider le drone avec des joysticks. On peut aussi utiliser des lunettes pour le contrôle – voir par la caméra de son drone, ce qui me semble un peu trop beau pour être vrai, compte tenu du léger délai de l’image.

Notes supplémentaires:

  • L’application Android a planté quelques fois
  • L’attache de la pile, qui demande de sortir la prise avec une boucle de corde n’est vraiment pas rassurant. Et il faut en plus attacher la pile avec un velcro; efficace, mais pas très élégant
  • L’appareil devient chaud au toucher, c’est surprenant
  • Les coques de styromousse se détachent pour un vol plus sportif
  • Le corps me semble vraiment plus robuste que le AR Drone
  • Il peut être nécessaire de mettre à jour l’appareil

Évidemment, il y une explosion de compagnies qui proposent des drones, sur lesquels ont peut parfois utiliser la caméra de son choix (Je lis beaucoup de bien des drones DJI). Avant de vous lancer, assurez-vous que tout est à la hauteur (un drone pensé pour les bidouilleurs, dont le logiciel est douteux et dont les mises à jour ne sont pas assurées, c’est peut-être une mauvaise idée!)

P.

Liens supplémentaires:

Une réflexion au sujet de « Survol du drone Bebop de Parrot »

  1. Par expérience, ne pas utiliser le drone lorsqu’il y a du vent. Il est très léger et aussitôt que le vent se lève, oublie ça! J’ai perdu mon drone dans le lac à cause de ça. Je n’étais plus capable de le faire revenir vers moi à cause du vent et je n’ai pu que constater l’écrasement dans le lac et la perte de 700$

Les commentaires sont fermés.